Nouvelles

Un budget de transition - Les crises sanitaires et climatiques appellent à des mesures pour créer des villes inclusives et invitantes

Articles - Image d'intro

Montréal, le 25 mars 2021 - La crise sanitaire entraîne des conséquences sociales et économiques majeures. La dernière année a présenté son lot de défis et l’Institut de développement urbain du Québec salue le travail du gouvernement au cours de cette période. Les mois à venir requerront des efforts supplémentaires pour soutenir les plus vulnérables. En même temps, les enjeux de la crise climatique nécessiteront des réponses nouvelles.

Logement et santé publique

« Les interventions de l’État en santé sont de la première importance et elles demeureront prioritaires pour de nombreuses années. À cet égard, nous aurions souhaité une action plus substantielle dès cette année pour soutenir ceux de nos concitoyens qui connaissent des difficultés particulières de logement. » a déclaré le PDG, Jean-Marc Fournier.

À l’occasion des consultations gouvernementales en habitation, l’IDU continuera de plaider pour l’adoption d’une stratégie nationale de logement social, abordable et familial dotée de puissants incitatifs.

Densifier, consolider

« Une fois la crise sanitaire surmontée, la crise climatique s’imposera à nouveau sur le tableau de bord de la gouverne publique. Et, comme il n’y aura pas de vaccin pour résorber cette crise, nous aurions souhaité que le budget annonce l’intention d’agir sur le long terme pour lutter contre l’étalement urbain. Nous espérons que la Stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagements des territoires offrira des réponses à cet égard » a souligné Jean-Marc Fournier.

Selon l’IDU, il faut d’abord planifier et réussir une densification adaptée et attrayante, notamment autour des stations de transport en commune et le long des parcours des réseaux structurants de transports collectifs. Les sources limitées des municipalités rendent nécessaire un soutien de Québec qui peut s’exprimer, à court terme, par la création d’un fonds ou le transfert de sommes leur permettant d’aménager des espaces publics et d’offrir des équipements collectifs essentiels à la vie de quartier.

Ensuite, on doit prendre acte des coûts supplémentaires liés à la consolidation en milieu urbain par rapport à ceux du développement en milieu périurbain. L’IDU considère que l’État devra procéder à une planification fine pour identifier les zones prioritaires et adopter différentes mesures, notamment un programme de décontamination pour les terrains privés et publics doté d’un financement à la hauteur du potentiel de développement de nombreux sites au Québec.

Fiscalité et relance

L’IDU déplore que le budget n’ait pas prévu d’accompagnement pour les propriétaires affectés par une forte dévaluation immobilière en raison des contraintes légales imposées par les autorités publiques en raison de la pandémie. Le projet de loi 67 retire l’obligation de tenir compte de la perte de valeur et impose une taxe foncière sur une surévaluation.

Selon Jean-Marc Fournier : « On peut comprendre que l’État veuille venir en soutien des villes en raison de leur surexposition aux revenus fonciers, mais le faire à l’encontre du principe d’équité aggrave la situation financière des contribuables. Nous appelons le gouvernement à étudier la situation et à agir en conséquence ».

Pour l’IDU, le projet de loi 67 constitue une autre démonstration du fardeau foncier disproportionné au Québec. Celui-ci se traduit notamment par le record canadien de Montréal en ce qui concerne le poids du foncier non résidentiel. Inévitablement, cela repousse les investissements et diminue notre attractivité économique.

La discussion nationale sur le territoire fait aussi la démonstration de l’importance de revoir notre fiscalité municipale, celle-ci encourage l’étalement urbain et contredit nos efforts dans notre lutte face à la crise climatique.  La question de la diversification des sources de financement municipales est posée depuis plusieurs décennies, elle doit maintenant trouver une réponse.

À propos de l’IDU

Fondé en 1987, l’Institut de développement urbain du Québec (IDU) est un organisme indépendant et sans but lucratif. L’IDU est le plus important représentant de l’industrie immobilière commerciale au Québec. Il agit principalement à titre de partenaire entre les membres de l’industrie, les autorités publiques ainsi que l’ensemble des parties prenantes de l’écosystème de l’immobilier commercial.

– 31 –

 

Source : Institut de développement urbain du Québec (IDU)

Pour information :   Brendan Billa
                                bbilla@idu.quebec 
                                438 406 6049

Retour à la liste des nouvelles

Afin de favoriser l’essor des centres urbains vivants où l’on apprend, travaille, évolue et se divertit, l’IDU promeut le concept d’intensification urbaine. Le concept se décline en quatre chantiers porteurs.

En savoir plus sur l'intensification urbaine

Nos partenaires

Platine

Or

Argent

Grand partenaire du Réseau des Jeunes Ambassadeurs

Bronze    

 

 

ACQ Résidentiel

Prestige

Média

Fournisseur privilégié