Blogue

Intégrer la mobilité durable en immobilier

Articles - Image d'intro

Nous vivons dans une période où les questions de développement durable et de qualité de vie sont sur toutes les lèvres. L’immobilier n’échappe pas à cette tendance, en intégrant de plus en plus des aspects comme la mobilité durable. Quelques pistes de réflexion sur le sujet.

 

Quelle place pour la mobilité durable en immobilier?

Les questions de développement durable se sont peu à peu imposées à nos esprits dans cette perspective de lutte aux changements climatiques. Elles teintent désormais une multitude de dimensions de nos vies, et l’immobilier n’y a pas échappé. Concepteurs et constructeurs se sont adaptés et ont intégré les notions de matériaux écologiques ainsi que de performance énergétique à leurs bâtiments. Or, les dimensions liées à la qualité de vie se sont, elles aussi, progressivement présentées à l’avant-plan, la qualité d’un projet immobilier étant de plus en plus jugée par sa capacité à constituer un milieu de vie complet et convivial. Un certain nombre de certifications intègrent d’ailleurs maintenant cette donne et elles ont positionné la mobilité comme un vecteur de bien-être. En immobilier, les enjeux de mobilité occupent une importance capitale. D’un certain point de vue, elle peut constituer une condition essentielle du véritable succès d’un projet et, même, avoir une influence directe sur sa rentabilité financière.

Comment intégrer la mobilité durable?

Miser sur la mobilité durable, en immobilier, c’est généralement assez simple. Il ne suffit que d’implanter quelques mesures clés pour obtenir des résultats intéressants. Voici d’ailleurs six façons de faire en la matière.

1. Choisir une localisation judicieuse

L’une des clés pour une intégration réussie de la mobilité durable en immobilier réside dans un élément assez simple : le choix de la localisation du projet. Il sera donc bénéfique que cette dernière soit accessible par un maximum de modes de transport durables. À cette étape, en amont de la construction du projet, il est pertinent de se poser un certain nombre de questions en lien avec son site potentiel :

  • Est-il desservi par le réseau de transport en commun local?
  • Est-il connecté ou localisé à une distance intéressante du réseau cyclable?
  • Est-il possible pour un piéton de se déplacer dans le secteur en toute sécurité?
  • Est-il rattaché à une zone où un service d’autopartage est disponible?

2. Promouvoir le transport en commun

Il existe une multitude de façons de faire la promotion du transport en commun dans le cadre d’un projet immobilier. Le site du projet est mal desservi en cette matière? Il est possible de faire des représentations auprès des organismes de transport en commun du secteur pour assurer une meilleure desserte. Ces organisations sont toujours à la recherche de potentielles améliorations à apporter à leur réseau. Toutefois, il faut mentionner que de telles démarches peuvent prendre un certain temps et qu’elles ne sont pas, à tout coup, garanties de succès. Le site du projet est relativement bien desservi en la matière? L’option du partenariat est toujours de mise, ne serait-ce que pour obtenir de ces organismes la mise en place d’une aire d’attente tempérée connexe au projet en question ou pour obtenir d’eux un abonnement à coût réduit pour les éventuels locataires ou des titres de transport en commun à l’essai. Par ailleurs, le design du site pourrait être conçu de sorte à faciliter les déplacements vers les arrêts d’autobus, par exemple.

3. Faciliter les transports actifs

Prévoir des infrastructures facilitant les transports actifs est assez simple dans la phase de conception d’un projet immobilier. À titre d’exemple, des supports à vélos peuvent être prévus. D’ailleurs, à cet égard, Vélo Québec a établi des normes quant à leur localisation optimale et à leur nombre stratégique. Dans cette thématique cycliste, il peut également être prévu, dans le design du projet, d’inclure une pièce dédiée entièrement à l’entretien des vélos ou encore une borne de réparation. Par ailleurs, pour faciliter la vie des piétons, il peut être pertinent d’inclure du mobilier urbain, comme des bancs, au concept du projet.

4. Envisager le stationnement autrement

Lorsque vient le temps de procéder à la conception du stationnement qui sera rattaché à un projet immobilier, il faut garder en tête que tous les automobilistes sont éventuellement des piétons. Tout comme les marcheurs et les cyclistes, ces personnes devront, à un moment ou à un autre, circuler sur cet espace de stationnement pour accéder à l’édifice. En ce sens, pour favoriser la cohabitation et l’utilisation des différents modes de transport en ce lieu, il faut que celui-ci soit pensé de sorte à ce qu’il soit convivial et sécuritaire pour tous. Il peut donc être pertinent de mettre en place des cheminements piétonniers et cyclistes à l’aide d’éléments comme du marquage au sol, des bollards et de la signalisation.

5. Intégrer l’autopartage

L’autopartage étant une option qui gagne de plus en plus en popularité, il apparaît à propos d’en tirer profit dans le cadre de projets immobiliers. Pourquoi ne pas pousser l’audace jusqu’à établir un partenariat avec une entreprise d’autopartage locale pour obtenir d’elle des voitures qui seront associées au bâtiment en conception? Ces entreprises sont toujours à la recherche de nouveaux potentiels de développement et cela contribuera à conférer au projet en question une valeur ajoutée intéressante puisque les projets intégrant cette notion sont rares.

6. Adopter de nouvelles pratiques de gestion

Comment s’assurer de la pérennité des solutions susceptibles de favoriser la mobilité durable implantées au sein d’un projet immobilier? Pour atteindre cet objectif, il pourrait être pertinent d’adopter des baux commerciaux verts pour assurer la gestion des immeubles liés à ce projet. En vertu de cette méthode, il est possible, pour le propriétaire d’un bâtiment et ses locataires, de procéder à l’adoption et au maintien de mesures respectueuses de l’environnement dans leurs pratiques. Par rapport au modèle standard, le bail vert peut comporter, dépendamment des mesures qui ont été adoptées dans le projet visé, des dispositions qui permettent de favoriser l’utilisation de modes de transport durables. Par exemple, des dispositions favorisant l’utilisation du vélo pourraient y être incluses avec l’exigence qu’un certain nombre de douches, de supports à vélo et de casiers soit fourni. Dans la même perspective, le gestionnaire qui souhaite favoriser la mobilité active pourrait indiquer les détails des programmes incitatifs qu’il souhaite mettre en place dans le bail et les règlements qui lui sont attachés.

 

     

À propos de Mobili-T

Mobili-T est un organisme à but non lucratif dont la mission consiste à rendre les alternatives à l’auto solo accessibles et attrayantes en assistant sa clientèle dans la mise en place de solutions adaptées qui favoriseront et faciliteront une mobilité durable dans son milieu. Son équipe s’occupe, depuis 2007, à élaborer des stratégies d’intervention sur mesure en fonction de besoins spécifiques et de problématiques de mobilité au sein de divers secteurs d’activité, dont l’immobilier, dans les régions de la Capitale-Nationale, de la Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Retour à la liste des articles

Afin de favoriser l’essor des centres urbains vivants où l’on apprend, travaille, évolue et se divertit, l’IDU promeut le concept d’intensification urbaine. Le concept se décline en quatre chantiers porteurs.

En savoir plus sur l'intensification urbaine

Nos partenaires

Platine

Or

Argent

Grand partenaire du Réseau des Jeunes Ambassadeurs

Bronze    

 

 

ACQ Résidentiel

Prestige

Média

Fournisseur privilégié