Blogue

Avison Young publie son rapport du marché des bureaux du troisième trimestre de 2020

Articles - Image d'intro
Après plusieurs mois d'adaptation, la pandémie se fait toujours ressentir. Voici ce que démontre le rapport d'Avison Young.

David Major-Lapierre

Directeur, marketing et recherche

Avison Young



Alors que le centre-ville de Montréal demeure majoritairement déserté par les travailleurs, le retour au travail se fait plus lentement que les entreprises ne l'avaient espéré, entravé par la deuxième vague de la pandémie qui a frappé la grande région de Montréal à l'automne.

« Ce que l’on observe à travers plusieurs marchés, c’est que certains phénomènes découragent les employés de retourner dans les grands centres urbains, comme c’est le cas à Montréal. Pensons notamment aux gens qui doivent se rendre en travail en métro, en autobus ou en train, pour qui l’idée de prendre le transport en commun est assez décourageante dans le contexte actuel » explique David Major-Lapierre, directeur du marketing et de la recherche de l’agence. « La densité des grands centres urbains est aussi un élément qui inquiète un grand pourcentage des travailleurs, un phénomène exacerbé à Montréal par les travaux de construction qui rendent les déplacements difficiles, que ce soit à pied ou en voiture. »

 

 


Il est toutefois évident que les employeurs et les propriétaires d’immeubles du Grand Montréal déploient les meilleures pratiques pour rapatrier la main-d’œuvre au milieu de travail de façon sécuritaire et efficace, mais les restrictions quant à l’occupation maximale de 25 % des espaces de bureaux demeurent, et le gouvernement demande toujours aux travailleurs de continuer à travailler de la maison autant que possible.

Il est évident que les utilisateurs de bureaux devront repenser leur modèle d’affaires et leur stratégie d'occupation au cours des prochains trimestres, ce qui à terme, devrait donner lieu à une augmentation marquée du travail distribué partout au pays. Entre temps, les effets de la pandémie continuent de se clarifier. « Sans surprise, ce qui est d’abord frappant, c’est l’augmentation marquée de la disponibilité en sous-location dans le Grand Montréal, et même là, les chiffres du troisième trimestre semblent relativement bas alors qu’au quotidien, on voit les sous-locations se multiplier de façon alarmante » explique M. Major-Lapierre. Les ventes de bureaux ont également chuté de façon importante au troisième trimestre, alors que le marché des investissements a été dominé par les investissements multi-résidentiels dans le Grand Montréal.

  Télécharger

Retour à la liste des articles

Afin de favoriser l’essor des centres urbains vivants où l’on apprend, travaille, évolue et se divertit, l’IDU promeut le concept d’intensification urbaine. Le concept se décline en quatre chantiers porteurs.

En savoir plus sur l'intensification urbaine

Nos partenaires

Platine

Or

Argent

Grand partenaire du Réseau des Jeunes Ambassadeurs

Bronze    

 

 

ACQ Résidentiel

Prestige

Média

Fournisseur privilégié