Blogue

«On veut être un partenaire pour nos locataires» - Thomas Spencer, Redbourne

Articles - Image d'intro

Les tours de bureaux devraient bientôt retrouver leurs locataires. Un retour au travail qui se fait progressivement au gré de la réouverture des entreprises. Chez Redbourne, on s’active à établir les protocoles à mettre en place pour une rentrée en toute sécurité sur le plan sanitaire.

« Toutes les équipes de gestion sont mises à contribution, explique Thomas Spencer. Il y a plusieurs éléments à prévoir que ce soit les règles pour l’utilisation des ascenseurs (pas plus de deux personnes à la fois), des salles de bain, des photocopieurs, etc. Dans les salles de conférences, on retire la moitié des chaises pour respecter la distanciation entre les personnes. Une fois les consignes établies, il nous faut partager l’information avec les locataires. »

Au début de la crise, Redbourne, qui gère 4 millions de pieds carrés d’espaces à bureaux et industriels, a vu plusieurs de ses immeubles se vider de leurs occupants. « Des entreprises considérées comme un service essentiel ont toutefois maintenu leurs activités avec un personnel réduit. Au 1010, rue de la Gauchetière, par exemple, où travaillaient plus de 1 300 personnes avant le confinement, il n’y en avait plus que de 70 à 120. Il nous a fallu mettre en place de nouvelles mesures sanitaires. On a dû embaucher du personnel supplémentaire pour l’entretien des surfaces dans les espaces communs. »

Des travaux en accéléré

Il y a quelques semaines, Redbourne a accueilli avec soulagement la reprise des chantiers. « Des travaux majeurs sont en cours sur quelques étages du 1010, rue de la Gauchetière que nous rénovons en vue d’accueillir de nouveaux locataires potentiels », précise Thomas Spencer. Toutes les mesures ont été prises pour assurer la sécurité des travailleurs sur le plan sanitaire. Le gestionnaire immobilier a dû toutefois modifier son plan de match dans l’exécution de certains travaux, notamment ceux prévus au garage. « On profite du fait qu’il y a moins de monde dans l’immeuble pour faire les travaux les plus dérangeants. Les heures de travail ont aussi été étendues jusqu’en soirée puisqu’on risque moins de déranger les occupants. Cela fait en sorte que le projet pourra être exécuté en six mois plutôt que huit, ce qui nous permettra de rattraper le temps perdu à cause de l’arrêt des chantiers. »

Programme d’aide

Quel sera l’impact de la crise sur le marché ? Alors que le télétravail semble là pour rester, comment évoluera la demande ? Thomas Spencer estime qu’il est encore trop tôt pour voir se dessiner les tendances. À court terme, la préoccupation des employeurs, c’est de procurer des espaces sécuritaires à leurs équipes. « On reçoit, par exemple, des demandes pour retirer des postes de travail afin de permettre la distanciation, dit-il. Autrement, les dirigeants attendent de voir quelle sera la suite des choses avant de prendre des décisions. »

Ce que plusieurs étaient toutefois impatients de connaître, ce sont les détails du programme d’aide fédérale aux loyers commerciaux. C’est maintenant chose faite, les inscriptions sont lancées au 25 mai. Comme propriétaire immobilier, Redbourne prévoit enregistrer toutes ses propriétés dans le programme et il travaillera avec les locataires qui sont admissibles à l’allégement du loyer. « On est bien conscient que des entreprises ont besoin d’aide pour rester à flot. Si on a des responsabilités envers nos investisseurs, on veut aussi être un partenaire pour nos locataires. On est tous dans le même bateau après tout. »

Retour à la liste des articles

Afin de favoriser l’essor des centres urbains vivants où l’on apprend, travaille, évolue et se divertit, l’IDU promeut le concept d’intensification urbaine. Le concept se décline en quatre chantiers porteurs.

En savoir plus sur l'intensification urbaine

Nos partenaires

Platine

Or

Argent

Grand partenaire
du Réseau des Jeunes Ambassadeurs

Bronze    

     

 

     

 

     

 

     
     

Prestige

 

Média

Fournisseur privilégié